Voyager À Vélo

Général -

Voyager À Vélo

 

Tannés d’attendre votre prochain bus dans les gares? Vous vous ennuyez pendant des heures à regarder les paysages par la fenêtre? Le voyage à vélo vous permet d’éviter tout ça! Voyager à vélo, c’est la liberté d’aller où vous voulez, sans contrainte de trajets ou d’horaires. Vous épargnez les tarifs des bus, trains, taxis.  

 

Les voyages à vélo vous ouvrent la porte des campagnes reculées, des sites naturels extraordinaires, des villages qui ne sont pas desservis par les transport en commun.  Tout ça, vous le découvrirez à petite vitesse, où il sera toujours possible de vous arrêter le temps d’une photo animalière ou d’un paysage fantastique surplombant une falaise, ou aucun autre véhicule ne peut s’arrêter.

 

Différentes façons de voyager à vélo:

Comme pour tout le marché du voyage, les voyages à vélo se déclinent  dans bien des formules, de la plus organisée (et dispendieuse!), à la plus libre, en autonomie totale.

 

Le Grand Tour Desjardins:
Une aventure cycliste inventée par Vélo Québec en 1994, qui fêtera son 25e anniversaire en août 2018. 7 jours de vélo et  800 km pour découvrir la belle campagne québécoise. Tout est compris! Les repas, le transport des bagages d’un site à l’autre, l’animation en fin de journée! Et une ambiance du tonnerre, en camping dans un « village » de 1,500 tentes. 

Les voyages à vélo organisés par Vélo-Qc et autres voyagistes d’aventures.

Leurs destinations sont infinies, pratiquement partout sur la planète. En petits groupes de quelques voyageurs (rarement plus d’une vingtaine). Pas de soucis de trajets, de pépins, d’organisation.  Que le voyage et le vélo!

Le voyage à vélo en totale autonomie
Voilà le coeur de mon sujet, le coup de coeur de mes voyages depuis 30 ans! Partir à vélo en totale autonomie, c’est le plaisir de tracer et choisir soi-même chacun de ses trajets, c’est la liberté d’aller partout et nulle part, de pouvoir improviser un détour imprévu, de pouvoir monter sa tente dans un champ ou une colline du bout du monde. Et puis à vélo, les bouts du monde sont partout, à Ushuaia comme au fin fond de la campagne québécoise!

 

J’ai toujours été surpris comment nos vélos chargés ouvraient les portes auprès des populations locales, comment nos engins suscitaient la curiosité, en particulier celle des enfants.  Le vélo est un formidable ambassadeur, diminue la méfiance,  crée même des liens d’amitiés qui vont perdurer au fil des ans.

 

Nos destinations coups de coeur:

En excluant les classiques connus de tous les cyclistes (La France, les Pyrénées, la Toscane en Italie, Wales en Angleterre, la Côte Ouest américaine, la traversée du Canada, Blue Ridge Parkway en Virginie, etc),  je voudrais mentionner ici quelques-uns de nos coups de coeur à vélo des dernières années:

 

Le Mexique dans ses montagnes du centre

 

Le Guatemala

 

La Colombie et l’Equateur

 

l’Argentine


Carretera Australe au sud du Chili



En résumé, pourquoi voyager à vélo:

 
- Les coûts!  Moins cher que l’auto, moins cher qu’en transports en commun.  Pouvoir monter sa tente presque n’importe où en camping sauvage;  Accès aux Bomberos de tous pays et autres gîtes gratuits.  Accès à Warmshowers.org, réseau d’hébergement gratuit pour voyageurs à vélo.


- La liberté!  Pouvoir aller où on veut et quand on veut, sans les contraintes des bus;  L’accès facilité aux endroits reculés, régions peu touristiques, villages perdus dans les montagnes, etc


- Le rythme!  Plus rapide qu’en randonnée pédestre, suffisamment lent pour voir tout le paysage qui défile sous nos yeux; Pouvoir arrêter chaque fois qu’une photo extraordinaire est possible;  La découverte des pays traversés à petite vitesse; La sensation de faire partie du paysage;


-  Les rencontres!  Nos vélos sont de formidables ambassadeurs, et suscitent la curiosité et la sympathie partout où l’on passe.

 

- La forme physique!  Après seulement une dizaine de jours à pédaler,  votre forme physique et votre perception de bonne santé atteindra votre summum à vie!

 

-  Le dépassement de soi et le sentiment de grande réalisation!  

 

Quelques inconvénients

- En avions, trains et bus avec votre vélo, c’est un peu plus compliqué. Mais tout à fait agréable, et la plupart du temps sans coûts additionnels excessifs
La mécanique! Il faut se familiariser avec un minimum de connaissances mécaniques: savoir réparer un pneu ou un tube crevé,  et quelques autres petits détails … 
Selon le pays et les régions visitées,  il est en général facile d’obtenir de l’aide d’une boutique de vélo localement.  D’autre part, vos risques seront atténués en partant avec un vélo bon état.
- L’effort physique!  Si vous débutez à vélo ou si votre forme physique laisse à désirer, vous pourrez commencer en choisissant des trajets faciles, moins longs, plus plats.  Sur un long voyage, vous pourrez augmenter graduellement la difficulté.
- Les intempéries!  A vélo, vous êtes moins à l’abri que bien confortable sur un siège d’autobus, quand le temps se fait mauvais …  Le froid, la pluie, le vent de face peuvent grandement contribuer à rendre une journée pénible.  Mais les matins de mauvais temps, c’est aussi possible … de rester au lit!   D’autre part, c’est dans l’adversité que nous devenons plus fort!  Et s’il y a une constante à vélo, c’est bien qu’après la pluie vient le beau temps!
- Le rayon d’action et les distances parcourues sont plus petits qu’en bus ou en auto. 
- Traverser les villes et les grandes agglomérations urbaines peuvent parfois être pénibles à vélo.
La circulation, la pollution, le repérage du trajet, la vitesse réduite et les feux de circulation conviennent un peu moins bien aux plaisirs cyclistes; 
Néanmoins,  nous avons visité avec plaisir plusieurs grandes cités, grâce aux horaires décalés:  Rome aux premières lueurs du jour;  Londres le dimanche matin (sous la pluie!);  Bordeaux et Toulouse, qui disposent d’un beau réseau de pistes cyclables;  Bogota, dont le centre  est fermé aux autos le dimanche, et qui dispose aussi d’un réseau cyclable assez étendu;  New-York, Vancouver et San Francisco, sur le continent américain, se sont avérées étonnamment agréable à découvrir à vélo;  Mais Miami, Calgary, Los Angeles et … plusieurs autres, l’étaient beaucoup moins!
Ailleurs sur la planète, Dublin (en Irlande), Lyon (en France),  Lima (au Pérou), à Quito (en Equateur) et La Paz (en Bolivie) ont été pour nous des expériences mitigées.


Bon voyage à toutes et à tous, et au plaisir de vous croiser à vélo sur l’une ou l’autre des plus belles routes cyclables du monde!

Laissez un commentaire